Accès direct au contenu

SATIE

Version anglaise

aide

Accueil > Faits marquants

Faits marquants

Traitement de l'information


Algorithmes hautes performances de calibration et de déconvolution de signaux pour les observations en radioastronomie

Le laboratoire SATIE contribue au développement d'algorithmes hautes performances de calibration et de déconvolution de signaux pour les observations en radioastronomie.

Ces travaux qui visent au premier chef les très grands réseaux d'antennes en radioastronomie, tel le futur radiotélescope géant SKA (Square Kilometre Array), s'inscrivent dans le cadre du projet ANR MAGELLAN auquel collaborent également l'Observatoire de Paris, l'Observatoire de la Côte d'Azur, AIM Laboratory, et l'Université Paris X.

Sur le même sujet : Traitement du signal en vue du téléscope SKA

Traitement de l'énergie


Dimensionnement de chaînes de conversion pour la houlogénération directe selon des critères de coût sur cycle de vie et de qualité de l'énergie produite

Notamment dans le cadre d'un projet financé par l'ANR (QUALIPHE, programme PROGELEC, 2013-2016), le laboratoire SATIE a mené des travaux, sur l'amélioration des chaines de conversion des houlogénérateurs, en collaboration avec plusieurs partenaires dont un laboratoire d'hydrodynamique, un laboratoire d'automatique et le Syndicat d'Electricité de Vendée servant de terrain d'expérience.

Les houlogénérateurs directs constituent la famille technologique la plus prometteuse pour résister aux conditions extrêmes du milieu océanique, grâce à une ultime simplification mécanique, mais ils présentent deux inconvénients majeurs : la production d'une électricité fluctuant au rythme des vagues et un report des processus de fatigue sur les composants électriques.

Les travaux de SATIE ont permis de mettre au point des méthodologies originales de dimen-sionnement sur cycle de vie, intégrant la fatigue des semi-conducteurs de puissance et des systèmes de lissage par supercondensateurs ou batteries électrochimiques, mais également la stratégie de récupération (gestion d'énergie).

L'objectif majeur consistait à minimiser les coûts de production, tout en respectant les contraintes de qualité exigée par le raccordement au réseau et, non pas comme cela se fait souvent, à maximiser la production sans prendre en compte une fatigue excessive ou un surdimensionnement inacceptable des composants.

Ces méthodologies originales sont transposables à tous les secteurs du traitement de l'énergie électrique soumis à de fortes fluctuations de puissance.

Cela concerne, par exemple, les chaines de production d'électricité photovoltaïque et éolienne ou les chaînes de traction de véhicules électriques.

Sur le même sujet : Retour de l'Agence Nationale de la Recherche sur le projet QUALIFE (lettre du 02/09/2016)